Info : cette nouvelle est inspirée en partie par le jeu vidéo Fragile Dreams : Farewell, Ruins of the Moon.

Cette nouvelle sera probablement mélancolique/déprimante. Son thème principal est la solitude. Désolée, ça correspond à mon humeur du moment ^^'

 

---------------------------------

 

Je poursuis un renard dans une forêt enneigée, bleutée, comme sculptée dans la glace. Je suis seule.

"Reviens ! Je ne te veux pas de mal !" Il s'enfonce dans les profondeurs du bois, sans même se retourner.

"Attends ! Attends..." Je m'effondre sur le sol givré. De petites fleurs le couvrent, malgré le froid. C'est un rêve après tout. Inconsciemment, je le sais. Un tel paysage ne peut exister qu'ici. Je soupire.

"Je ne veux pas être seule..." Le noir me submerge, et je replonge dans l'inconscience.

C'est la lumière du jour qui me réveille.Je frotte mes yeux encore emplis de la lumière de la forêt dont j'ai rêvé... J e suis si bien, au chaud, enfouie dans mes draps...

Je tourne paresseusement la tête vers mon réveil. Il est 9 heures. 9 heures ? 9 HEURES ? Moi ? L'abonnée aux réveils à l'aurore, et ce, 364 jours sur 365 ? Je devais vraiment être fatiguée. Heureusement qu'on est samedi. Étrange, je n'entend aucun bruit. Pourtant tout le monde doit être réveillé, à cette heure-ci. Eh oui, je vis dans une famille de lève-tôt. Ça doit être génétique chez nous. Je vais descendre.

En bas, le petit-déjeuner n'est pas encore sur la table de la cuisine, et tout est silencieux. La porte de la chambre de mes parents est entr'ouverte, je vais voir s'ils dorment encore...

Legend of Korra Soundtrack : Hardboiled...Afraid

Aucun bruit. Je sens mon coeur qui commence à s'affoler, que se passe-il ? Je m'approche de ma mère. Aucun souffle ne fait se soulever sa poitrine. Je touche sa paume. Elle est glacée. Je la secoue. Rien.

"Maman ?" Si c'est une blague, elle n'est vraiment pas drôle. "Maman ?!" Je cours à mon père.

"Papa !!! Dis quelque chose !!! PAPAAAA !!!"

Mes soeurs. Mes petites soeurs.

Non. Non. Non. NON !!!!! Ce n'est pas possible ! NOOOON !!!!

"Réveillez-vous ! Bougez ! Arrêtez de faire les- de faire les m-" Le mot s'étrangle dans ma gorge. Je peux pas le dire. Tout serait trop réel. Non.

"ARRETEZ D'ETRE MORTS !!!!"

Je cours dans la rue, en pyjama, je m'en fiche, c'est un rêve, je vais me réveiller, ça ne peut être que ça. Je hurle, mes larmes m'aveuglent, mon t-shirt se prend dans les buissons, je sanglote. Ce n'est pas un rêve.

 

----------------------------

 

Je retourne enfin chez moi, les genoux en sang, les cheveux en bataille, les yeux rouges et gonflés. En ouvrant la porte, je prie pour voir ma mère me demander ce que je faisais, pourquoi je suis partie. Je veux entendre mes soeurs se disputer, mon père tenter de les séparer... Je veux que tout redevienne comme avant. Avant. Hier, tout était encore si parfait.

Une pensée ignoble s'invite dans ma tête. Que faire des corps ? Je me frappe le bras, comment puis-je penser une chose pareille ?! Je suis un montre ! Un monstre !!! Je me mords la lèvre pour retenir mes larmes, sans succès. Immonde, un monstre... Horrible... Qui pourrait penser ça ? Tu es affreuse... Qui pourrait vouloir de toi ?

Même ma chambre semble étrangère. Qu'importe. Plus rien n'a d'importance. Rien. Je suis un monstre, et je mourrai ici, comme ma famille. J'enfouis ma tête dans mon oreiller, jusqu'à ce que le manque d'air se fasse douloureusement sentir. Même après ça, tu n'as pas le courage de mourir... Quel être pitoyable... Je suis trop épuisée même pour pleurer, mes yeux sont secs...

 Un monstre...

----------------------------

 

Je suis restée prostrée une semaine. Ce n'est pas un rêve. Tout le monde est mort. Je suis seule. Je ne peux pas être seule... C'est impossible... Une pensée me vient, que j'ai combattue pendant tout ce temps... La dernière personne au monde qui me reste peut-être, celle en qui j'ai entièrement confiance... Est-ce qu'il...pourrait être vivant...? Pour la première fois depuis ce qu'il me semble être des années, une lueur d'espoir m'apparaît. Mais elle est minuscule...et si pâle...

Je trouve son adresse. Il est de l'autre côté de la ville. C'est loin. Au moins une demi-heure en voiture. Il faut que je tente de l'appeler... Je compose le numéro, en priant pour ne pas entendre une messagerie.

Sois en vie, s'il-te plaît... Je t'en prie...

*Tut, tut, tut...*

Répond, répond, répond... Ne me fais pas ça, pas toi, pas à moi...

"..."

"Allô ?!" Ta voix. J'en pleure de soulagement. Et de chagrin. Si tu es vivant, pourquoi pas les autres ? Pourquoi ?

"T-tu es v-vivant..."

 

Fragile Dreams soundtrack : Friends

 

"Il y a des gens en vie chez toi ?! Tu n'es pas seule ?"

"P-personne... S'il-te plaît... Je peux venir chez toi...?"

"Viens ! Je n'en peux plus d'être seul..."

"Merci... A tout de suite..."

"Attends ! Tu sais comment venir chez moi ? Je vais te rejoindre, viens devant le cinéma du Centre !"

"D'accord..."

 

------------------------

 

Je me sens mal. Si mal. J'ai abandonné ma famille. Je suis seule... Mon seul secours, c'est lui... Je fuis de chez moi, je fuis les corps sans vie de mes parents, de mes soeurs, leur présence qui n'a pas quitté la maison. Je fuis vers ma seule planche de salut : Toi.

Je fais tout le chemin en courant. Je pleure encore. Les larmes laissent de longs sillons sur mes joues. Toutes les rues semblent les mêmes, comme si mes souvenirs avaient disparu en même temps que ma famille. Ne pas penser à eux. Il faut que je m'arrête... Je glisse contre un mur et m'effondre lamentablement. Mes bras entourent mes genoux, j'enfouis ma tête dans mon jean lacéré. Je sens des ampoules se former sous mes pieds.

Je reste là jusqu'à être complètement calme. Ne pas pleurer, surtout pas devant toi. Je continue mon chemin. Enfin, le cinéma apparaît. Je t'aperçois assis sur un muret, la tête dans les mains. Tu relèves la tête en m'entendant arriver, et tu te lèves.

Je marche vers toi et je fais ce geste, celui que j'ai toujours voulu faire en te voyant. Je te serre dans mes bras.

 

Fin

 

---------------------------------

Déprimant, hein ? Sauf, peut-être la fin, mais je la trouve quand même triste :(

Enfin, j'espère que vous aurez apprécié ^^'